fbpx

Stratégies Social Media : le réveil de Google !

6
Juin

Utilisation marketing des réseaux sociaux : en 2013, direction Google+ et Youtube

Comme chaque année, le Social Media Examiner publie son « Social Media Marketing Industry report ». Cette étude américaine nous donne un panorama de l’utilisation des réseaux sociaux dans un objectif marketing. Cette année, l’étude a été réalisée auprès de 3025 marketeurs à travers le monde (majoritairement aux Etats-Unis mais également, entre autres, au Royaume-Uni, au Canada, en Australie ou encore en Inde).

Quel impact ont les réseaux sociaux dans une stratégie marketing globale ? Quels sont les médias privilégiés par les marketeurs ? Quelles différences de stratégies pour les marketeurs B2B et B2C ? Autant de questions sur lesquelles cette étude nous donne un aperçu.

Réseaux sociaux : un outil marketing évident

Le premier enseignement de ce rapport est que l’intérêt de l’utilisation des réseaux sociaux dans une stratégie d’entreprise n’est plus à démontrer. En effet, 86% des marketeurs indiquent que les réseaux sociaux prennent désormais une place importante dans leur stratégie marketing, un chiffre en hausse par rapport à 2012.

Si les entreprises y voient un grand intérêt, il est cependant surprenant de constater que nombre d’entre elles ne semblent pourtant pas réussir à mesurer véritablement leur impact.

mesuring_social_media

Seulement 26% des marketeurs se disent en mesure de mesurer le ROI engendré par l’utilisation des réseaux sociaux. Il est donc intéressant de noter que les entreprises s’y engagent majoritairement sans pour autant savoir si cette voix sera réellement bénéfique pour leur stratégie commerciale.

Pourquoi semblent-elles donc toujours plus nombreuses à être persuadées qu’il faut être présentes sur ces réseaux ?

Un véritable retour sur investissement ?

Au-delà d’un ROI mesurable, les entreprises ont compris que l’image de marque et « e-réputation » sont des données très importantes. Que ce soit en B2C ou B2B, le consommateur/client tient compte de la réputation d’une entreprise dans son choix d’acheter ses produits ou de travailler avec elle.

Avec la réactivité des réseaux sociaux, le mécontentement d’un internaute vis-à-vis d’une marque peut prendre des proportions assez incroyables lorsque le message est relayé rapidement sur tous les réseaux. Il suffit aujourd’hui de quelques heures pour décrédibiliser une entreprise et mettre à mal une image qu’il lui a fallut des années à construire. Avec les « scandales » que l’on peut régulièrement observer sur le web, les entreprises semblent désormais conscientes de la nécessité d’être présentes sur les réseaux sociaux afin de maitriser leur image et elles ne sont plus réfractaires à l’idée d’investir dans une stratégie marketing digitale.

Même si les entreprises ne semblent pas savoir comment mesurer le ROI de leurs actions sur les réseaux sociaux, elles sont tout de même conscientes que ces actions ont une réelle incidence sur le chiffre d’affaires.

B2C vs B2B : des médias différents pour des stratégies différentes

Dans le choix des réseaux sociaux à exploiter, Facebook est toujours en tête de liste aux yeux des marketeurs. Il est cependant intéressant de voir qu’il existe une réelle différence entre marketeurs B2C et B2B quand il s’agit de privilégier un média :

media_B2BvsB2C

Lorsque les entreprises B2C concentrent leurs efforts sur Facebook –LE réseau sur lequel se trouvent les consommateurs, les marketeurs en B2B sont quant à eux partagés entre Facebook et LinkedIn.
Ces derniers semblent beaucoup moins voir l’intérêt de Facebook que leurs confrères : moins de 30% des marketeurs en B2B jugent efficace leur marketing sur le géant des réseaux sociaux. De plus, ils privilégient également d’autres réseaux, comme les blogs et Twitter, quand les entreprises B2C se focalisent véritablement sur Facebook.

Les marketeurs ne cherchent donc pas consommateurs et entreprises exactement au même endroit.

Et par rapport à 2012 ?

On ne relève pas d’évolution marquante depuis l’année dernière concernant les réseaux utilisés par les marketeurs. En B2B cependant, les réseaux dont l’utilisation connait la baisse la plus importante sont les réseaux de partage de photos.

Les marketeurs B2B délaisseraient-ils le visuel pour des contenus textuels plus conséquents ?
En effet, cela semble se confirmer lorsque l’on observe qu’ils utilisent toujours autant les blogs (63%) à l’instar de leurs confrères en B2C qui tendent à moins s’y attacher (passant de 57% à 53% en 2013). De plus, le format blog est le média sur lequel les marketeurs déclarent vouloir apprendre le plus, juste devant Google+.

Au-delà des blogs, la plus grande différence entre B2B et B2C réside dans l’utilisation du réseau LinkedIn, résolument professionnel. Quand la plupart des marketeurs B2B l’utilisent, en stratégie dédiée aux consommateurs, l’utilisation ne cesse de baisser : les marketeurs en B2C sont 30% moins nombreux à utiliser LinkedIn que leurs confrères (soit un total de 56%).

Le seul réseau véritablement en progression par rapport à 2012, que ce soit en B2C ou B2B, n’est autre que Google+. Le réseau tend à se démocratiser et on ne cesse d’entendre qu’une partie des internautes déserterait le géant Facebook au profit de Google+.

L’arrivée des entreprises sur Google+ reste très mesurée car le réseau est toujours utilisé par moins de la moitié des marketeurs (44% en B2B et 40% en B2C), bien en dessous de tous les autres « gros » réseaux sociaux.

123700-1-google

Mais si la tendance de la « fuite » Facebook vers Google+ se confirme, peut-on penser que les entreprises suivront les consommateurs sur ce réseau ?

Google+ : le prochain Facebook ?

Pas si sûr !
Questionnées sur leurs perspectives d’avenir, 53% des entreprises disent qu’elles augmenteront leur présence et leurs actions sur Google+. Bien qu’il s’agisse de la majorité, cela reste tout de même très faible par rapport aux prévisions de développement sur Facebook, que 66% des entreprises souhaitent augmenter. Le géant bleu n’est donc pas prêt à être déserté mais l’avancée de Google+ reste à observer (ce point fera l’objet d’un prochain article).

A noter que la rivalité pourrait également venir de Youtube, le premier réseau sur lequel les marketeurs souhaitent se développer à l’avenir.

Il est donc intéressant d’observer que si l’utilisation des sites de partages de photos est en baisse, les marketeurs veulent en revanche capitaliser sur la vidéo. Au-delà des réseaux eux-mêmes, ce sont donc peut-être les types de contenus qu’ils proposent qui feront la véritable différence.

 

Laure Woets – Inflexia